Editions Jacques Brémond

Éditions Jacques Brémond

Auteur

Frédéric Jacques Temple

Frédéric Jacques Temple est né en 1921 à Montpellier, et vit maintenant dans un village du Gard.

Son enfance, celle d’un pensionnat où la littérature, la musique et les arts étaient à l’honneur, et celle des vacances entre la Méditerranée

et un arrière-pays où il pratiquait l’histoire naturelle, l’archéologie et la spéléologie, est une source essentielle de sa poésie.

Il s’est passionné très tôt pour les écrivains de l'aventure et des grands espaces qu’il a aimé lui-même arpenter.

Il a été profondément marqué par l’expérience de la guerre qu’il a faite comme chef de char et qui hante tous ses livres.

Sa vie professionnelle s’est déroulée pour l’essentiel à la radio et à la télévision.

Il a publié des recueils de poèmes, des récits, des essais et des traductions.

Il a reçu de nombreux prix, dont le prix Valery Larbaud en 1990 et le prix Apollinaire en 2013, pour l’ensemble de son œuvre.


BIBLIOGRAPHIE (extraits)

Poésie
Anthologie personnelle (poèmes 1945-1985), Actes Sud 1989
La Chasse infinie, Brémond, 2004
Profonds Pays, Obsidiane, 2011
Phares, balises & feux brefs, suivi de Périples, Bruno Doucey, 2012
Dans l’erre des vents, Bruno Doucey, 2017

Traductuion de l'italien : Lynx lynsx, de Rino Cortiana, (édition bilingue), Éditions Jacques Brémond, 2015

Prose
Chez Actes Sud, cinq récits : Les Eaux mortes, Un Cimetière Indien, L’Enclos, La Route de San Romano, Le Chant des Limules ;

et aussi : Beaucoup de jours (faux-journal), Une longue vague porteuse (carnet de bord), Divagabondages.

Lettre à Curzio Malaparte, Éditions Jacques Brémond, 2000

 

 


Notes sur le travail de poète

La poésie est le traduction d’un langage secret qui prend ses sources dans un autre « moi » que « je » ne connaît pas.

L’écrire n’est qu’une des nombreuses formes du vivre. C’est dire le rôle important que joue le corps, avec ses fatigues,

ses fièvres, ses sueurs, ses épouvantes, ses délectations. (Préface à l’Anthologie personnelle)

Les poèmes, échos de mes faits divers, de mes désirs, de mes regrets ;

porte-parole de mes cinq sens, sont autant de bornes miliaires dressées sur mon chemin de vie. (id)


Citations critiques

Temple est un homme libre, puissamment relié au monde dont il sent les battements et les rythmes, et qui va son chemin comme il l’entend.

Luc Bérimont, Le Figaro Magazine, 10 décembre1983.

L’appétit du monde aurait pu faire un naturaliste ou un archéologue d’un poète qui refuse de séparer l’expérimentation formelle de l’expérience vécue.

Homme de dialogue, il se tient à l’écart des querelles littéraires et goûte “l’épaisseur souveraine du temps” plus que les ruptures de l’antitradition.

À l’allégeance qui soumet il préfère le lignage qui intègre et, sans se reconnaître des modèles, il ne voyage pas en solitaire.

Claude Leroy, Dictionnaire de Poésie de Baudelaire à nos jours, PUF.

Les poèmes de Temple reproduisent les mouvements de la vie chaude et sensuelle, palpitante, plus solaire que nocturne.

Les éléments, les saisons, les forces telluriques parcourent les unions de mots en d’intenses vibrations, comme si l’homme portait dans son corps l’univers qui le porte.

Robert Sabatier, Histoire de la poésie française, Albin Michel.

 

 

Ouvrages parus aux éditions Jacques Brémond

Poèmes américains - 1993

Lettre à Curzio Malaparte - 2000

La chasse infinie - 2004

© Éditions Jacques Brémond